Mon parcours de végétarienne

Ce que ça implique de devenir végétarienne

La semaine passée, mon article sur manger avec conscience a eu de belles réactions (merci!) et une super lectrice, Audrey, m’a dit qu’elle aimerait bien que je raconte mon parcours vers le végétarisme, tant au niveau alimentaire, qu’émotionnel et social. Si ça peut aider quelques personnes, tant mieux!

D’abord, il faut savoir que ça m’a pris du temps avant de vraiment devenir végétarienne, 26 ans pour être précise. Je n’ai jamais été une grosse mangeuse de viande (j’ai toujours refusé de manger de veau et du lapin, je ne mangeais pas de poulet ni de porc), mais j’avoue que le steak du dimanche, chez mes parents, je l’aimais pas mal. Je disais toujours qu’un jour, je serais végétarienne, sans rien faire de concret.

Depuis quelques années, je mangeais de la viande peut-être une fois aux 2 semaines. Vraiment pas tant que ça. Mais quand même, j’en mangeais.

En janvier, j’ai décidé de tout couper pendant 21 jours (gluten, viande et produits laitiers) pour essayer de voir si ce n’était pas mon alimentation qui causait les migraines que j’avais 4 fois par semaine. Oui, finalement, c’était le gluten.

J’ai jonglé avec l’idée de réintégrer certains produits animaliers. Finalement, j’ai réintégré le fromage et les oeufs, qu’on achète des poules de la voisine #campagnelife. J’ai mangé quelques fois de la viande dans les 2-3 premiers mois, qui provenait de notre ferme à nous. Au moins, j’étais assurée que les animaux étaient bien traités et sans hormones. Je pensais sincèrement continuer comme ça. Mais je sais pas, quelque chose a changé en moi.

Ça fait quelques mois maintenant que je n’ai pas mangé de viande, ça s’est fait un peu tout seul. Chaque fois que chéri me demandait si je voulais manger de l’agneau, je disais non. Ça ne me tentait juste pas… J’ai enfin fini par comprendre : je ne voulais plus manger d’animaux, point final. Bien traités ou pas. Élevés en pâturage ou pas.

Alimentation

Côté alimentaire, la transition a été facile pour moi, parce que je mangeais déjà peu de viande, j’aimais déjà full le tofu et je me bourrais de légumineuses chaque jour. Je trouve que manger végétarien, c’est toujours frais, coloré et délicieux. Ça prend un peu plus de recherches au début, pour trouver une bonne base de recettes, mais ça se fait vraiment super bien. Et ne stressez pas pour vos protéines, il y a tellement de façon d’aller en chercher. Légumineuses, soya, noix et fromage, oui. Mais aussi, chia, chanvre, lin, etc.

Si vous mettez la main sur le livre The Forest Feast, c’est le plus beau livre de recettes végétariennes jamais fait. Sinon, Ricardo et Marilou ont plein de recettes aussi han!

Émotions

Au niveau émotionnel, je dirais que quand le déclic s’est fait, que ce n’était pas juste parce que je n’avais pas envie de manger de la viande (en terme de « craving » mettons) que je ne voulais pas en manger, mais bien parce que je ne voulais pas manger un animal, tout est devenu encore plus facile. J’étais déjà bien avec ma décision d’être végétarienne, mais je le suis encore plus.

Par contre, ça c’est vraiment propre à chacun. Ce n’est pas facile de changer une habitude qui est ancrée dans nos moeurs. Peut-être aussi que vous allez vraiment avec des cravings de viande, je ne sais pas. L’important je pense, c’est de devenir végétarien POUR VOUS. Faut que ça soit votre décision, pas celle de quelqu’un d’autre et vous devez trouvez vos raisons à vous. C’est là que vous puiserez votre motivation. Pour moi, c’est vraiment le fait de manger un animal. Mais aussi, l’impact environnemental que l’élevage de viande implique. Mais t’sais, peut-être que pour vous, ça va vous passer 1000 pieds par dessus la tête et c’est correct. Ça prend vos raisons à vous. Peut-être que c’est pour être en meilleure santé, pour sauver des sous, je ne sais pas. Toutes les raisons sont bonnes pour devenir végétarien, surtout si elles viennent de vous :)

C’est vraiment au niveau social où ça se corse…

Social

Sérieux, c’est pas facile. Je suis chanceuse, mon chum est super encourageant avec mon alimentation. Il mange végé presque tout le temps aussi et sans gluten quand on mange ensemble. Il ne chiale jamais et ne trouve pas ça con que je sois végétarienne, même si lui n’a pas envie de le devenir.

Mais sinon… ma famille trouve ça tellement niaiseux que je sois végétarienne. Carrément. « Ben voyons t’es pas végétarienne, t’as mangé de la viande toute ta vie! C’est quoi ce niaisage-là? Mange dont de la viande! ». Ouais… Apparemment, parce que j’ai déjà mangé de la viande, ça ne se peut pas que je sois végétarienne. C’est compliqué pour les soupers de famille, je finis toujours par apporter mon souper. Ça ne me dérange pas, mais si je prends la peine d’amener ma bouffe justement pour ne pas imposer mon végétarisme, ça serait l’fun de se passer de commentaires plates.

C’est sûr que je suis un cas un peu spécial parce que végé + sans gluten, ça complique les choses un peu. Mais quand même.

Si vous pensez devenir végétarienne, c’est surtout pour l’aspect social que je vous dirais d’attacher votre tuque. Côté alimentaire, il y a tellement de bonnes recettes et d’ingrédients disponibles, ce n’est pas un problème. Côté émotionnel, c’est propre à chacun. Mais côté social, c’est certain que vous allez avoir des commentaires plates, des regards dédaigneux, des yeux au ciel… Armez-vous de patience et ne vous laissez pas atteindre ou décourager par ces individus.

(Je me sens comme Claude Poirier quand j’utilise le mot INDIVIDU).

Avec l’âge, j’apprends à assumer mes convictions et être vraiment moi-même. Avoir un blogue, ça peut être dangereux sur ce point… Avoir l’air tellement vraie et tellement gentille sur le Web, puis tu rencontres la personne en vrai et ça pète vraiment ta bulle. Ça m’est déjà arrivé avec d’autres personnes du Web et je ne voudrais tellement pas que ça m’arrive! Que vous me trouviez plate ou pas fine en vrai. J’aime autant mieux que vous me trouviez plate ou pas fine d’avance, que d’être fake et d’avoir une personnalité en ligne et une en vraie. En business, on se fait souvent dire « Be so much of who you are, that when you get new followers, they’ll either love you or hate you right away. You want to attract the right people to build your tribe, and the only way you can achieve that, is by being 100 % who you are ».

C’est ce qui m’amène à faire beaucoup d’articles plus personnels, certains sur ma période plus sombre. Et qui m’encourage à vous parler de végétarisme, de manger avec conscience, d’encourager le commerce local, d’utiliser des produits plus naturels, etc.

Je suis loin d’être quelqu’un d’extrême et je déteste la controverse, donc bon, même si je suis 100 % moi-même je doute que quelqu’un arrive sur le blogue et me déteste right away. Mais j’essaie de plus en plus de parler de mes valeurs et convictions, comme ça, les gens qui trouvent que les végétariens sont caves, ben ils vont peut-être comprendre que ce blogue n’est pas pour eux, mettons.

Enfin bref. Je pense avoir dévié un peu du sujet, mais faut croire que ça avait besoin de sortir! Audrey, j’espère que ça répond à tes questions? Sinon, écris-moi, ça me ferait plaisir qu’on s’en jase.

À toutes les personnes qui sont végé ou pensent le devenir : ça va bien aller <3

À tous les vegans = you rock!

À tous les mangeurs de viande, je ne porte pas de jugements. Tout ce que je vous demande, c’est de ne pas en porter retour. Et je vous invite à lire mon article sur manger avec conscience, parce que chaque petit mini geste a un impact positif :)

Répondre à Josée-Anne Sarazin-Côté Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Et maintenant, si tu élaborais sur  » trouver une bonne base de recettes » ? :)
    Je tends au végétarisme, mais j’avoue que j’ai l’impression parfois de manger un peu n’importe quoi et je ne suis pas convaincue de bien combler mes besoins alimentaires de base (genre minéraux, protéines, fer, etc).

  • J’adore !!! Merci tellement pour ton partage. Disons que je rêve aussi de végétarisme mais que je n’ai pas encore trouvé comment concilier ce mode de vie à ma vie de famille . Mais, je vais trouver un moyen, j’en suis convaincue .

  • Bravo Josee , moi aussi je suis vegetarienne depuis l annee derniere; je suis enfin en phase avec moi meme et mon corps est content! Apres avoir lu le livre de Matthieu Ricard » plaidoyer pour les animaux » je n ai plus manger d animaux tortures dans les abattoirs. bisou a tout les vegetariens, vegetaliens et vegans.

  • Je te comprends tellement pour ce qui est de la famille. Ma famille mange toujours de la viande et je dois tout le temps apporter de quoi. aurais tu des recettes a me proposer?