Épurer : se débarrasser de tout, ou presque

En décidant de partir du Québec, je suis passée d’une maison remplie à… l’équivalent d’un sac à dos et une valise. Fou han? J’avais envie de vous raconter le processus que ça a été et comment j’ai réussi à faire ça en genre une semaine. 

(D’abord, si vous êtes comme “Attends là, j’ai manqué un bout… T’es plus au Québec?” vous pouvez lire cet article qui explique mon gros move de tout laisser pour partir pour le Nicaragua et celui-ci sur ma nouvelle vie ici ^_^)

Quand j’ai décidé que je quittais le Québec, il n’était pas question que j’entasse tous mes trucs dans entrepôt. Ça ne me tentait pas et je savais que je partais pour plusieurs années, peut-être même pour toujours. Alors pourquoi rester encombrée de toutes ces possessions qui ne vont pas servir? Elles pourront certainement être bien plus utiles dans un nouveau foyer qu’à moisir au fond d’un entrepôt.

Étape 1 : vider

Bon, première étape, la pire de toutes : vider la maison. Ça a été long et très pénible, d’autant plus que ce n’était pas fait dans la joie mettons (relire mon premier article pour comprendre). Ça devait se faire rapidement, alors disons que les choses n’étaient pas super bien classées. Mon père et mon frère m’ont aidée à entasser le tout dans un camion de location et on a tout droppé ça dans la maison et le garage parental.

WOW ÇA FAISAIT PEUR.

T’sais de voir ses choses au quotidien, éparpillées partout dans la maison, on ne réalise pas vraiment la quantité de stock qu’on a. Mais de tout voir empilé au même endroit… Pour moi, ça a été un vrai choc. Je ne pouvais simplement pas croire que j’avais autant de possessions matérielles. Je savais depuis longtemps que j’avais trop de vêtements, mais finalement, j’avais trop de tout.

Étape 2 : trier

Vient alors la très longue étape de tout trier… Qu’est-ce qui est possible de vendre, qu’est-ce qu’on donne, qu’est-ce qu’on jette et qu’est-ce que je garde. Là je veux envoyer tout l’amour du monde à ma belle-soeur Marie-Pier qui m’a tellement aidée pour ça. Quand j’ai vu la montagne de choses à trier, en état d’esprit de break-up et avec comme 1 semaine pour tout faire (je repartais rapidement pour le Nicaragua), honnêtement, j’ai pleuré. J’étais tellement découragée. J’aurais juste sacré le feu dans tout ça pour qu’on en finisse rapidement. Mais Marie était full enthousiaste et m’a dit “Let’s go Jo! Je vais t’aider, tu vas voir, ça va aller super vite. On est capable, go, go, go!”. Un ange tombé du ciel!

Est-ce que ça a été difficile de me départir de mes choses? J’appréhendais vraiment l’expérience. J’ai toujours été très attachée à mes affaires. Une grosse partie de ce que j’avais était des trouvailles de marché aux puces, d’antiquaires, de ventes de garage, magasins seconde-main, souvenirs de voyage, etc. Des choses pleines d’histoire, que j’avais choisies avec amour. Je pensais que ça serait tellement difficile de m’en défaire…

Mais non!

Très bizarrement, dès que j’ai commencé à faire le tri, je ne voulais presque rien garder. Je suis comme entrée dans une bulle de genre DE LA MARDE ESTI, JE GARDE RIEN, RAHHHHHH! Quand ma mère s’arrêtait voir où on en était, elle était toujours horrifiée : “Jo! Tu ne peux pas donner ça voyons!” “Ben voyons que tu ne gardes pas ça!!” etc.

C’est sûr que le fait de savoir que je partais peut-être pour toujours m’a beaucoup aidée. Presque tout ce que j’avais, j’étais comme, même si j’aimerais vraiment le garder, honnêtement, ça ne sert à rien. Certaines choses que j’aimais beaucoup ont trouvé deuxième vie dans ma famille ou chez des amies. Ça, ça m’a fait vraiment plaisir :)

Sinon, tout est parti, ou presque. Côté vêtements, je suis passée de 2 immenses garde-robes remplies à craquer, deux commodes, genre 70 paires de souliers (sérieux, j’en avais tellement, ça n’avait pas de maudit bon sens) à 8 paires de souliers (incluant chaussures de course, de randonnée et bottes d’hiver), un sac à dos de linge d’été et maillots de bain (qui est ici avec moi!) et les vêtements restant m’attendent dans la maison familiale. Ils sont tous suspendus dans une garde-robe et si on les colle ensemble sur la pôle, ils prennent un gros pied d’espace. That’s it!

J’ai gardé une vingtaine de livres, mes préférés, une boîte de souvenirs et mes cassettes de Walt Disney. C’est la seule affaire qui prend de la place, qui est un peu bizarre à avoir gardé, mais je ne pouvais simplement pas m’en défaire.

Meubles, décorations, cadres, coussins, lampes, vaisselle, articles de sport (sauf mes affaires de ski), trucs de cuisine, vêtements, souliers, voiture, ordinateur, livres… tout est parti!

J’ai presque tout vendu en plus. Au début, je pensais tout apporter au centre du partage et Marie-Pier m’a convaincue d’essayer de faire une vente de garage. En vendant les trucs pas cher, ça m’aiderait à me faire un petit coussin pour partir à l’étranger.

Étape 3 : vendre ou donner

épurer et vider la maison

Excusez la qualité, mais ça vous donne une idée du garage

La magie des médias sociaux a vraiment opéré. J’ai créé un événement Facebook pour ma “Vente-débarras digne de Pinterest” (c’est de même que je l’avais appelée ahah) et en moins de 48 heures, près de 500 personnes voulaient venir. Et genre pas des gens que je connais là! Toutes des inconnues, ou presque! J’ai passé 3-4 jours à uniquement répondre à des messages de “je peux tu réserver telle affaire” “as-tu telle affaire” “est-ce que je peux passer avant tout le monde?”. C’était la FOLIE. Je capotais sérieux.

Le matin de la vente, j’avais dit aux gens d’arriver pour 9 h. À 8 h 15 on se faisait envahir ahah! Et à 10 h 30 c’était fini. Il ne restait presque plus rien. Ce qui restait a été au centre du partage, à la bibliothèque, etc.

En me donnant le trouble d’avoir fait tout ça (merci Marie, mon frère et ma mère!), j’ai réussi à avoir près de 2000 $! Un très beau coup de pouce ^_^

Mais je pense que c’est parce que je LIQUIDAIS les choses. Ma mère capotait en disant que je ne vendais pas les choses assez chères, que ça valait ben plus que ça. Oui, mais. Le but n’était pas de faire le plus d’argent possible, le but était de me débarrasser du plus de choses possibles.

Conclusion?

C’est assez étrange de voir les gens partir avec ce qui composait ta vie. Mais j’étais sereine, très détachée de tout ça. Ça a été très thérapeutique en même temps. C’est un immense chapitre de ma vie qui commençait, avec des gros changements. C’était une belle façon de tourner la page, de faire une “cassure” avec ma vie du Québec et ma nouvelle vie. On repart à zéro, ou presque :)

Ça fait aussi réaliser à quel point on s’attache aux trucs matériels… Mais pourquoi au final? Est-ce que j’étais plus heureuse parce que j’avais un beau sofa rose et une machine à espresso? Vraiment pas.

Est-ce que j’avais besoin de tout ça? Vraiment pas.

T’sais, quand je vais me réinstaller dans un appartement quelque part dans le monde pour un petit bout, ravoir un “chez-moi”, c’est sûr que je vais le décorer, le rendre à mon goût, le personnaliser et le remplir un peu. Mais en me calmant ben plus les nerfs. Tout cette expérience m’a appris que je peux vivre avec beaucoup moins. Moins d’espace, moins de matériel, moins de dépenses.

Et quand on créé de l’espace dans sa vie, des choses magiques se produisent. On laisse de la place au positif pour entrer dans notre vie, aux bonnes personnes de tomber sur notre chemin, à notre intuition de prendre plus de place, de se préciser. Créer de l’espace, c’est bien entendu dans la tête également, mais de commencer par épurer notre environnement, ça fait un bien FOU, je vous jure.

Bon, pas obligées de vider vos maisons en fin de semaine ahah, mais faites l’exercice de regarder vos choses d’un oeil détaché. En avez-vous vraiment besoin? Est-ce que cet objet vous rend heureuse? Avez-vous besoin d’autant d’un même item? (Genre 14 couvertures, c’est peut-être trop.) Qu’est-ce que vous n’utilisez jamais?

Faites un premier cycle d’épuration comme ça. Je vous le dis, vous allez vous sentir tellement bien après! Vous pouvez refaire l’exercice chaque saison ou une fois par année. Vendez, donnez, peu importe, mais épurez!

Bon ménage ♥

PS : pour vous aider, il y a aussi cet article pour se débarrasser de 75 objets inutiles dans la maison.

PPS : Et je me fais souvent demander si ça va bien sur les médias sociaux, si j’aime ma nouvelle vie. Je n’ai honnêtement jamais été aussi bien, sereine et heureuse de toute ma vie. C’est FOU! :D

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *