Comment ma relation avec la mode a évolué

Cette semaine, ça m’a frappée : mon Dieu que ma relation avec la mode a évolué. Pour le mieux, je pense.

J’ai commencé à faire un ménage dans les vieux articles du blogue, pour enlever ce qui n’est plus pertinent et pour mettre à jour ce qui l’est encore. (Passer au travers de 800 articles, c’est long!)

En retournant à mes premiers articles, ça m’a ramenée 3 ans en arrière, dans une classe de l’Université de Sherbrooke. On commençait à bâtir notre projet de fin bac, qui devait devenir Bulles & Bottillons. Je me vois encore, argumentant férocement pour absolument faire un blogue de mode.

À l’époque, je me considérais comme une fashionista. Je me souviens même de souvent utiliser ce mot, qui me fait grincer des dents aujourd’hui, pour me décrire. 

Hé boy que les temps ont changé.

Aujourd’hui sérieux, je ne peux pas plus m’en sacrer.

Les noms de designer ne m’excitent plus du tout. Ils me font même lever les yeux au ciel. J’aime 1000 fois plus chercher pendant des heures pour trouver une start-up du Québec, du Canada ou des States, qui fait une production locale et utilise des tissus écologiques que d’avoir un sac Chanel.

Je me tiens loin des H&M, Forever XXI, Zara et compagnie. J’en ai vraiment marre de leurs vêtements taillés pour des poupées, qui pètent au premier lavage et surtout, de toutes les conséquences d’acheter dans ces chaînes de fast fashion.

Depuis quelques mois, je me suis donnée comme règle de ne plus acheter du Made in China (et compagnie). Ce n’est pas facile, mais ça m’aide à découvrir plein de nouvelles petites entreprises, d’acheter local et de vraiment réfléchir à ce que j’achète. Et j’achète beaucoup moins!

ma relation avec la mode

Les soirs de sortie : pas de maquillage et robe longue lousse. Ça fait du bien!

Vous devriez voir la quantité de vêtements que j’ai, que je n’ai jamais portés ou seulement 1-2 fois. Des vêtements achetés sur un coup de tête, trop fashion, trop loin de qui je suis. Probablement achetés en vente ou dans une virée folle de shopping, quand je me convainquais que j’avais absolument besoin de leggings à paillettes (true story) ou d’un jacket de jeans oversize (true story aussi).

Je ne sais même pas c’est quand la dernière fois que j’ai magasiné « en vrai », dans une boutique. J’ai essayé l’autre fois de chercher des pantalons au Winners, mais après 5 minutes à juste voir des étiquettes Made in China, je me suis tannée et je suis partie, sans pantalons.

Je ne dis pas d’envoyer chier la mode et que celles qui aiment ça sont niaiseuses. Hey à chacune sa passion han! Ce n’est certainement pas moi qui va juger votre hobbie et je suis certaine que si je vous croisais dans la rue, je serais comme « wow, elle est si bien habillée! » Ce n’est juste plus pour moi. Tout ce que je veux aujourd’hui, c’est d’être bien dans mes vêtements, d’essayer d’user ceux que j’ai déjà et que mon achat ait un impact positif (et non le contraire) sur l’économie locale et l’environnent.

Je ne dis pas que la mode ne m’influence plus du tout. À moins de vivre en recluse, je pense qu’on va toujours avoir une certaine influence. Ce n’est pas pour rien que je trippe sur le « linge de hippie » comme dit mon chum. Tous les trucs free spirit, bohos, etc., c’est une tendance. Même si c’est une mode qui cadre bien avec qui je suis, reste que ça en est une.

Ce que j’essaie de dire, je pense, c’est de trouver votre mode à vous. Vos critères d’achats personnels. Vos marques que vous aimez, ou vos petites entreprises chouchou. Sérieux, on s’en sacre que ça ne soit pas « à la mode » ou que ça dérange certaines personnes. Moi j’hais ça les skinny jeans, y’a rien que j’hais plus porter. J’ai le droit! Y’a pas de police de la mode (bon, sauf peut-être Jean Airoldi) qui va venir me dire que mes pantalons de coton ou mes pantalons Harem sont interdits. Pi si une journée j’ai envie de mettre du linge de gars, j’ai le droit aussi.

Je pense que la Josée-Anne d’il y a quelques années serait un peu horrifiée de me voir aujourd’hui. Si on parle d’aujourd’hui aujourd’hui, je porte des bas de laine, des vieux shorts de skate que j’ai depuis le secondaire, un top de sport, une camisole délavée et un coton ouaté XXL. Je n’irais pas dans un bal comme ça, mais pour la vie de tous les jours, j’ai juste envie d’être bien et je le suis. Et même si je ne m’habille pas toujours en « chienne à Jacques » (t’sais je fais des efforts quand même des fois), je suis juste contente que la mode ne gouverne plus ma vie. Que je sois tellement plus simple et naturelle qu’avant. Et que j’ai une « conscience d’achat ».

Je suis la meilleure version de moi

Un mantra à se répéter :)

Assumez votre style personnel. Ce qui est beau de la mode, c’est quand on joue avec, pour l’adapter à nos goûts et notre personnalité. Soyez vous, soyez vraie. C’est la plus belle « version » de vous que vous pourriez choisir d’être.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis, pis je pense que ça veut juste dire qu’on évolue, qu’on ne «stagne» pas; qu’en effet, on devient une meilleure version de nous même. J’ai déjà payé tellement cher pour tellement d’affaires, sacs ou vêtements ou bijoux cheap au final. Pis maintenant, mon plus gros plaisir, c’est de chiller dans les friperies pis les places de seconde main.

    Je me serais jugée fort avant, comme quoi on change, on évolue surtout, plus conscientisée de notre consommation et de ce que ça représente pour autrui (entre autres le fast fashion dans les pays comme la Chine, Vietnam, etc)
    pis au final, la beauté c’est juste d’assumer ce que l’on est, ce que l’on porte. Pis chaque fois qu’on me dit que c’est magnifique ce que je porte, j’ai toujours la fierté de me dire «6dollars à Renaissance, j’viens de donner une nouvelle vie à quelque chose qui a été laissé de côté par autrui. #WIN»

    :)

    • Ah wow, tellement Maude <3
      Je te comprends tellement, j'adore flâner chez les antiquaires, les marchés aux puces et les places seconde-main!
      Et c'est tellement un WIN comme tu dis, de redonner vie à quelque chose. Et ça sauve tellement de sous #doublewin ahah

      T'es hot!