Bilan sur le Nicaragua et sur ce qui s’en vient

Ça fait maintenant deux semaines que je suis revenue de mes 5 mois au Nicaragua. Ça fait drôle, je ne vais pas vous mentir! 5 mois qui ont littéralement changé ma vie. Je pense que vous et moi on est dues pour un petit bilan, non?

Le Nicaragua

D’abord, si vous avez la chance d’aller au Nicaragua prochainement, FAITES-LE. C’est un pays magnifique, avec des gens tellement accueillants. Et c’est encore accessible, peu touristique. Ça risque de se transformer au cours des prochaines années pour ressembler au Costa Rica, qui s’est beaucoup américanisé dernièrement. Si vous voulez l’Amérique centrale authentique, vibrante de couleurs, riche en émotions et en souvenirs, c’est le moment d’aller au Nica.

Et si vous voulez apprendre à surfer ou perfectionner vos skills, allez sur la côte Pacifique. Ça regorge de plages pratiquement vides, avec des vagues pour tous les niveaux. Et dès qu’il y a un village côtier, il y a souvent une école de surf.

Comme je disais plus haut, ce voyage a carrément changé ma vie. De la manière dont il a commencé, d’abord. (Vous pouvez lire l’histoire ici). Pour moi, ça a été le moment où j’ai finalement décidé de penser à moi et à mon bonheur, à sortir les gens toxiques de ma vie et à faire quelque chose dont j’avais toujours rêvé. Je ne me sentais plus chez moi au Québec, alors pourquoi y rester? Ça a été un gros move de tout laisser, mais le meilleur que j’aurais pu faire.

Suivre son instinct

Je dis toujours que quand on fait les choses en fonction de notre instinct et de ce que la petite voix dans notre coeur nous dicte, on ne peut JAMAIS se tromper. Et les choses se mettent à couler simplement. Moi qui avais été rongée par le stress les deux dernières années, je me suis retrouvée tellement zen là-bas. Je me mettais tellement de pression (et faisait mettre tellement de pression) pour faire de l’argent. J’étais dans le gros désespoir, dans une mauvaise énergie. J’habitais dans un environnement malsain, je voulais à tout prix déménager, mais pour ça, ça prend des sous, pas mal de sous. Que je n’avais pas, bien évidemment. C’était pas l’fun.

Dès le moment où j’ai décidé de partir, tout s’est simplifié, tout s’est mis en place tout seul, sans trop d’efforts. Les bâtons qui arrivaient dans mes roues s’en allaient tout aussi rapidement. En 5 mois, je n’ai pas une seule fois stressé pour l’argent. Ça fait un bien fou, je peux vous dire!

Et moi qui partait au Nicaragua pour vivre comme j’en avais envie, rien de plus que ça, j’ai eu droit à une maudite belle surprise. Vous savez, c’est toujours quand on ne cherche pas qu’on trouve. Et moi qui venait de mettre fin à une relation super sérieuse (on allait se marier seigneur!), je n’étais vraiment pas en mode recherche. Plutôt en mode “j’ai besoin d’un break, de la paix”.

Puis, l’univers a mis Stan sur mon chemin. Et là, s’cusez d’avance le kitsch de la chose, mais je vous jure que c’est ça. On s’est parlé et c’est comme si on s’était reconnus. Comme si on se connaissait depuis toujours, qu’on avait juste à faire du rattrapage sur les 28 dernières années, mais qu’au plus profond de nous, on se connaissait déjà par coeur. À notre premier regard, je me suis dit “merde”. Parce que je savais que quelque chose de gros se tramait et sur le coup, j’étais loin d’être prête.

On a passé un été de fou, à arpenter la plage, à surfer ensemble pendant des heures et des heures, à discuter de tout et de rien, à être en silence et juste être bien, tout simplement.

Coucher de soleil Nicaragua

Vous savez, vivre en auberge de jeunesse, c’est probablement une des choses les plus difficiles pour un couple. Tu es ensemble 24 h sur 24. Ça vous arrive souvent vous d’être 24/24 avec votre nouveau copain? Nope. On partageait une van comme chambre. C’est cool et thank God, on avait notre intimité plutôt que d’être dans un dortoir, mais reste que pendant des mois, on vivait avec un plafond d’à peine 1 mètre (pratique pour s’habiller #not) et dans un tout petit espace. Aussi, tu es dans un endroit de party, rempli de beaux et belles célibataires. Mettons que si ton couple est pas solide, la tentation est partout. Mais on a relevé le défi haut la main. Pour nous, ce n’était même pas un défi. On vivait dans notre petite bulle d’amour.

À la fin, je ne vais pas vous mentir, on était tannés d’être là. Pas au Nicaragua, mais dans une auberge de jeunesse. Vivre avec 30 personnes, ça finit par peser. On avait hâte d’avoir notre intimité. Et je suis quelqu’un d’assez solitaire. T’sais, j’ai presque toujours habité seule, travaillé de la maison, seule. Je suis sociable là! Mais à un moment donné, j’ai besoin de ma bulle. Et déjà que je suis allergique au small talk, à la fin, je n’étais juste plus capable de répondre aux “t’as quel âge? Tu viens d’où? Ça fait combien de temps que tu es ici? Tu fais quoi dans la vie?”. Parce que ce sont toujours ces questions, c’est comme ça. Et je ne suis pas une fille de party… De temps en temps ok. Mais 4-5 soirs par semaine à entendre les gens gueuler (et vomir à 3 h AM), j’en avais mon casque.

(Ahah j’ai l’air d’une ermite sauvage vieille grincheuse)

(Sérieux, je m’excuse aux gens qui étaient là dans les 3-4 dernières semaines. Je vous jure que je suis gentille et approchable dans la vie. Ça n’a rien à voir avec vous, j’avais juste atteint mon quota de paroles pour le mois!)

Si vous voulez, je vous reparlerai des réalités d’habiter dans une auberge de jeunesse. Parce que c’est une manière vraiment l’fun et peu coûteuse de voyager, mais ça vient aussi avec des côtés négatifs.

Et la suite?

Bon, faque là, on est au Québec! Jusqu’à la mi-octobre, parce que j’ai des événements jusque là. Mes voyages ici vont probablement toujours être pour ça, un doublé “je viens voir mon monde” et “j’en profite pour faire tous mes événements”. On essaie de jongler avec des moments de vacances, je veux quand même que Stan puisse profiter de l’automne ici et qu’il découvre mon coin de pays et les moments de travail. Parce que c’est moi la folle qui se met 3 événements en 1 mois ahah! Et un de ces événements, c’est La course des Femmes, aka, l’événement le plus stressant parce qu’il coûte cherrrrrr à organiser. Et je vous le dis à vous parce que vous êtes comme mes amies. Ben imaginez vous dont que le commanditaire principal (je ne vous dis pas lequel, mais vous devinerez facilement) s’est retiré… à deux semaines de l’événement. THANKS GUYS. Déjà que je stressais de vendre assez de billets, merci pour le beau trou dans mon budget que je vais devoir remplir d’une manière ou d’une autre. Anyways! Tout ça pour dire que jusqu’à la course, c’est pas facile de prendre des moments de congé. Mais après ça va aller mieux. On va même essayer de squeezer un roadtrip en Gaspésie.

“Ok mais lààààà APRÈS, JOSÉE-ANNE, APRÈS!??!?! Nous c’est ça qu’on veut savoir!!” me dites-vous. Hey je suis pas fine han, je vous ai fait lire jusque ici pour vous le dire :P

Alors…

On a beaucoup discuté. Y’a une chose de claire pour nous deux : peu importe où on va aller dans le futur, ça nous prend du surf et l’océan (parce que mes amies me disent toutes “ben là, tu peux surfer dans le canal Lachine”, mais c’est vraiment pas pareil). Alors on a décidé d’aller à Biarritz!

Biarritz, c’est dans le Sud-Ouest de la France, juste à côté de l’Espagne (à 20 minutes, littéralement) et c’est un des plus beaux spots de surf de l’Europe. Et oui, c’est a région de Stan :)

On a décidé d’essayer pour 6 mois, voir si j’aime ça et si lui a envie de retourner dans ce genre de vie (il est graphiste). Parce qu’après 5 mois à enseigner le surf, ça fait quand même un gros clash! On se laisse donc 6 mois, voir si les deux on est bien là-dedans. Si oui, on prolonge! Si non, on bouge!

Alors, pour l’instant, c’est ça les nouvelles!

On a superrrrr hâte d’aller en France. T’sais, se louer un appart, vivre juste les deux. Moi j’ai hâte de retrouver une routine de travail un peu plus stable aussi. Autant j’ai adoré le Nica, autant pour travailler c’est loin d’être évident! Et on va pouvoir continuer à surfer, yayyyyy! Ça nous manque terriblement.

Je veux aussi terminer en vous disant merci. Depuis mai, depuis mon gros move, c’est incroyable à quel point vous êtes là. Je vous sens plus présentes que jamais et ça fait tellement chaud au coeur!

Si vous voulez jaser en VRAI (OMG!), je vais faire une vidéo LIVE sur Facebook, demain soir (jeudi 8 septembre) à 17 h 30. On pourra jaser de tout ça ou si vous avez des questions ou whatever, ça sera le moment ^_^ Ça va être génial de pouvoir interagir avec vous en temps réel! J’ai hâte de vous y voir et si vous ne pouvez être là, la vidéo restera accessible sur ma page Facebook après :)

Voilà! Je vous envoie plein d’amour et à très bientôt! ♥

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *