Arrêter de culpabiliser

Arrêter de culpabiliser

Est-ce que mon titre vous a accroché? Si vous êtes une femme, je me doute que oui! Parce que avouons-le, nous sommes les championnes de la culpabilisation.

On se sent mal d’être honnête, on se sent mal de dire non, on se sent mal de ne pas être assez disponible, on se sent mal de ne pas se laisser marcher les pieds…

La phrase que je dois dire le plus souvent dans une journée est « Je m’excuse ».

On s’excuse pour tout. Même quand on n’a AUCUNE raison de le faire. Mon chum capote des fois, je m’excuse vraiment pour tout, même les plus petites insignifiances sur lesquelles je n’ai aucun contrôle. Je m’excuse que le chien jappe Seigneur! Il ne comprend pas, parce que lui, ne s’excuse pas pour ces petites affaires-là (qui ne sont pas de sa faute de toute façon).

Je me sens mal de devoir dire non. Je commence enfin à le faire et à mettre mes culottes. Un contrat qui vaut 2000 $ à me faire payer en stock? NON! Avouez, ça ne fait pas de sens. Ben imaginez-vous dont que quand j’ai dit non et que j’ai pris le temps d’expliquer pourquoi je disais non, je me sentais hyper coupable et j’ai dû dire « Désolée » au moins 10 fois.

Même chose quand on met ses culottes et qu’on n’accepte pas un comportement ou une action désobligeante. Quand on ose parler, on devient une « crisse de folle », une hystérique ou une bitch.

POURQUOI?

Sérieux, je suis à boutte pour toutes nous.

Ça ne s’arrête pas là. On se sent coupable pour tout : je travaille trop, je ne travaille pas assez, je ne fais pas assez de sport, je ne mange pas bien à chaque repas, j’ai mangé de la poutine y’a 3 semaines, je m’entraîne trop, je ne me maquille pas assez souvent, je me maquille trop, j’ai crié après mon enfant hier, je suis trop tolérante avec les enfants, je me suis couchée trop tard, je me couche trop tôt, je n’ai pas de vie sociale, je sors trop, je bois trop souvent, je suis trop stuck-up…

Sérieux les filles, on peut-tu se donner un break?

On voudrait toutes être la wonder woman. La fille cool, qui est « one of the boys », mais qui est aussi celle avec qui toutes les filles veulent être amies. Celle qui est belle, mais naturelle et pas superficielle. En forme, mais pas obsédée par le sport. Qui mange bien, mais se permet des excès. Qui a le poids santé idéal, mais est mince et fit. La meilleure maman du monde, avec une carrière de rêve. La liste pourrait continuer longtemps…

Il faut arrêter de se mettre la pression d’atteindre des idéaux qui sont totalement irréalistes. Tout ce que ça fait, c’est nous faire culpabiliser presque 24 heures sur 24 parce que c’est trop loin de qui nous sommes.

Dans la vie, on ne peut pas plaire à tout le monde et tout n’est pas que licornes et arc-en-ciels. Des fois, ben ça va mal. Des fois, y’a du monde qui nous gosse. Des fois, on mange de la poutine 3 fois dans la semaine pi on prend un verre de vin en rentrant. Des fois on en marre et on dit ce qu’on pense, même si ça peut chambouler des choses. Des fois, on se sent comme une crotte pour aucune raison (allô les hormones).

Pis c’est ben correct. C’est ce qui forge qui nous sommes et ça ne fait certainement pas de nous des « folles » ou des mauvaises personnes.

Arrêter de se sentir mal pour tout, c’est un long processus. Apprendre à dire non, c’est un chemin qui sort de notre zone de confort. Mais vous savez quoi? En bout de ligne, vous serez votre vraie vous et vous vous sentirez tellement mieux.

Un de mes objectifs est toujours d’être une bonne personne, avec un grand coeur. Mais ça ne veut pas dire se laisser piler dessus et tout accepter. Être une bonne personne commence par le respect et le respect, ça débute d’abord avec le respect de soi-même.

arrêter de culpabiliser

Faites l’exercice cette semaine. Notez mentalement toutes les fois où vous vous excusez pour rien et où vous sentez coupable. Chaque fois que vous le réalisez, dites-vous « Je me respecte, je suis une bonne personne et j’agis correctement. »

Ça va bien finir par rentrer :)

Soyez vous-mêmes et surtout, soyez fières d’être vous-mêmes.

Répondre à Josée-Anne Sarazin-Côté Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *