5 romans pour le printemps

Une de mes défis de l’année 2016, c’est de lire au moins un roman par semaine. Comment  y arrive-t-on, avec nos vies de fou? C’est simple, on prend le temps, c’est tout. J’ai toujours adoré la lecture, mais c’est la première chose que je coupais quand mon horaire devenait un peu trop intense. Erreur! C’est fou comment on coupe dans les activités qui nous font le plus de bien quand on est dans le jus. J’ai décidé de me choisir pour une fois, et prendre le temps. Je vous présente donc les livres qui m’attendent sur ma table de chevet pour les prochaines semaines, si ça vous tente de relever le défi aussi. J’ai opté pour des histoires rafraichissantes de jeunes auteurs, puisque le printemps se pointe enfin!

tumblr_lp07wsvO8j1qa9u6ko1_400

Lèche-vitrines de Sarah-Maude Beauchesne

ACH003802361.1454648112.320x320Après Coeur de Slush, c’est le retour de Billie, et je suis vraiment contente de retrouver sa vie d’ado torturée par la vie normale. C’est le genre de romans que j’aurais aimé lire au secondaire, et qui me rappelle à quel point nos problèmes ne changent pas tant, même si on vieillit. En plus, l’écriture de Sarah-Maude Beauchesne est vraiment enivrante, comme d’hab.

Résumé: Billie a déménagé à Montréal avec sa grande sœur Annette et sa mère, qui revient tout juste d’un trop long voyage. Pour ses dix-huit ans, elle veut se remettre de son premier amour et faire un peu de lèche-vitrines. Mais comment oublier Pierre et ses yeux bleu fond-de-piscine-creusée ? Billie part à la découverte de la ville et de nouveaux sentiments, qu’elle souhaite plus assumés qu’avant. Elle a envie de petites rébellions, de garçons aux cheveux de toutes les couleurs – sauf peut-être blonds – au beau milieu d’aventures urbaines. Puis, si elle aime toujours autant les frites salées et le ketchup, elle se jure de ne plus jamais boire de slush à la framboise bleue. Elle veut oublier cette saveur et réparer son coeur.

Six degrés de liberté de Nicolas Dickner

1684403-gf

Je me laisse souvent tenter par des quatrièmes de couverture intrigantes, mais celle-là est plus que mystérieuse. Un auteur à découvrir, sa belle folie vous séduira!

Résumé: Où l’on raconte l’histoire d’une jeune fille qui désire repousser les limites de l’expérience humaine, d’un hacker qui veut optimiser la circulation mondiale des bananes et des coussins, d’une employée de la GRC qui rêve d’en finir une bonne fois pour toutes avec la géographie, d’un septuagénaire qui perd un boulon, d’une acheteuse compulsive bipolaire, de six perruches et d’un chat intermittent, tous unis dans un jeu de société à l’échelle planétaire dont personne ne connaît les règles.

 

Bouche cousue de Marion Muller-Colard

1862376-gf

Les livres légers aux sujets importants, ça me plait vraiment. Une histoire remplie de délicatesse et de sincérité, quoi demander de plus!

Résumé: Lors du traditionnel déjeuner dominical, Tom, âgé de 15 ans, révèle qu’il a embrassé un garçon, provoquant un séisme au sein de sa famille qui se traduit par une gifle administrée par son grand-père. Amande, sa tante qui assiste à la scène, est bouleversée car cet événement la replonge dans sa propre adolescence. A 15 ans, elle est tombée amoureuse d’une fille. Elle décide d’écrire son histoire.

 

La déesse des mouches à feu de Geneviève Pettersen

1489301-gf

J’avoue que celui-là est un peu moins léger, mais j’en ai tellement entendu parler que je n’ai pas pu m’en empêcher! La primo-romancière raconte une histoire triste, mais qui plait par son authenticité et sa voix saguenéenne.

Résumé: Catherine, quatorze ans, l’adolescence allée chez le diable. C’est l’année noire de toutes les premières fois. C’est 1996 à Chicoutimi-Nord, le punk rock, le fantôme de Kurt Cobain et les cheveux de Mia Wallace. Des petites crisses qui trippent sur Christiane F. et des gars beaux comme dans les films en noir et blanc. Le flânage au terminus et les batailles de skateux contre pouilleux en arrière du centre d’achats. L’hiver au campe dans le fin fond du bois, les plombs aux couteaux, le PCP vert et les baises floues au milieu des sacs de couchage. C’est aussi les parents à bout de souffle et les amants qui se font la guerre. Un jeep qui s’écrase dans un chêne centenaire, les eaux du déluge qui emportent la moitié d’une ville et des oiseaux perdus qu’on essaie de tuer en criant.

À la recherche de New Babylon de Dominique Scali

new-babylon-683x1024J’ai toujours aimé les westerns et l’imaginaire de Ouest. C’était donc certain que ce livre, encensé par la critique, ferait partie de mon corpus du printemps. On s’entend que c’est toute une brique, mais j’ai hâte de m’y attaquer pour découvrir l’univers de New Babylon.

Résumé: New Babylon n’existe pas. Mais s’il fallait créer cette ville, les duels y seraient permis et il n’y aurait pas d’autre loi que celle interdisant les hommes de loi. On y aurait constamment le souffle coupé, à cause des paysages, et ultimement parce qu’on y finirait la gorge tranchée. Ce serait un endroit dangereux où, enfin, chacun connaîtrait sa vraie valeur. Dans ce western enlevant, qui dépeint avec minutie l’Ouest américain des années 1800, le Révérend Aaron, Charles Teasdale, Russian Bill et Pearl Guthrie fouillent le désert à la poursuite d’un idéal impossible, laissant derrière eux les empreintes de leurs destins. Dans un monde où rien ne dure, « il n’est pas question de fuir la mort, mais de choisir son arène ». À la recherche de New Babylon révèle qu’il faut bâtir soi-même la vi(ll)e rêvée.

Et vous, quelles sont vos lectures du printemps? :)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *